11/09/2009

Abracadabra, je me transforme en mamy confitures

Ce week-end, c'est atelier confitures chez Mmmmh! au programme, marmelade de groseilles, confiture de prunes et confiture de myrtilles.

 

De 14 à 18h, l'accès à l'atelier est gratuit, on ne paie que la confiture que l'on emporte. Pas cher, pas cher en plus, de 5 à 8,5 euros le pot.

Pour ce qui est des recettes, c'est tout simple.

1) On lave les pots au salon et on les rince, on les plonge dans l'eau bouillante pendant 5 minutes ainsi que les couvercles... On égoutte le tout sur des torchons de cuisine bien propres et surtout,on ne les sèche pas avec un linge pour ne pas y déposer de 'pluches'.

2) Marmelade de groseilles: 1150g de groseilles, 800g de sucre et le jus d'un demi citron. On porte à frémissement le mélange, puis on le passe au tamis ou mieux au robot 'oscar-Jazz-maxx' 

Confiture de prunes: Laver et bien égoutter les fruits, les dénouyauter et puis les couper en 8. Ajouter 850g de sucre à 1kg de fruits ainsi que le jus d'un demi citron.

Confiture de myrtilles: Ajouter 800g de sucre à 1kg de fruits et lejus d'un demi citron.

3) porter à ébullition les mélanges pendant 5 à 10 minutes demanière à arriver à 105°C en écumant en permanence.

4) Remplir les pots à ras bord, visser les couvercles et retourner les pots.

5) Laisser refroidir la confiture à température ambiante

 

Voila, c'est tout simple et c'est au 92 chée de Charleroi samedi 12 et dimanche 13 septembre de 14 à 18h.

 

19:26 Écrit par Sergio dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : moschini, confiture, sergio, mmmmh |  Facebook |

17/08/2009

J'ai rencontré la fée des confitures: Christine Ferber

Départ de Laterina et direction, l’Alsace et ses tartes flambées. Après un voyage relativement tranquille et un passage par le col du Gothard (Sur papier on perd une demi-heure, mais vu les 20km de bouchon, dus au feu à l’entrée du tunnel, on gagne plutôt deux heures), j’arrive dans ma petite maison de montagne, au pied des pistes, qui ont à peine de quoi rendre jalouses celles des Ardennes.

 

La raison du pourquoi du comment de cet arrêt en Alsace, est non seulement le fait que je sois trop vieux pour faire le voyage en une traite, est que j’avais rendez vous avec la plus célèbre des alsaciennes après la cathédrale de Strasbourg, Christine Ferber.

 

Je quitte donc le Schnepferied et je traverse Sondernach, Metzeral, Munster, Turckeim et j’arrive à Niedermorschwihr, village surtout connu pour abriter l’épicerie-boulangerie-pâtisserie Ferber. C’est tout mignon, il y a des géraniums partout, comme dans tous les villages de la route du vin d’Alsace et quelques touristes en short se baladent tranquillement.

 

Vu de dehors, la pâtisserie Ferber ne ressemble pas du tout à un haut lieu de la gastronomie chic, genre Fauchon ou Hermé, mais ça ressemble à une petite épicerie de village, bien décorée et qui sent bon le pain chaud.

 

On m’accueille très gentiment et on me propose de visiter les lieux. Je m’attend à trouver une usine derrière un décor de carton pâte et bien non… c’est vraiment une boulangerie-pâtisserie de village, avec une cuisine grande comme la mienne. Des petites mains s’affairent et écument les casseroles remplies de gelée, d’autres vérifient la teneur en sucre à l’aide d’un réfractomètre et d’autres déplacent des caisses et des pots de confiture. Au milieu de ce petit monde, MADAME CHRISTINE FERBER, un à un, rempli chaque pot de confiture elle-même… vous avez bien entendu…elle-même. Sans elle, aucune production de confiture n’est autorisée, elle est le ‘dernier œil’ de chaque pot. Incroyable !!! Elle fabrique donc vraiment de la confiture de grand-mère à grande échelle, mais avec un système de production tout à fait artisanal. Je suis soufflé.


Elle veut bien m’embrasser, mais pas se laisser photographier parce qu’elle n’est pas à son avantage avec de la confiture jusqu’aux oreilles.

Pas de photos donc, mais des images et des secrets de fabrication plein la tête !

 

Ca tombe plutôt bien puisque le 12 et le 13 septembre, chez Mmmmh, j’aurai le plaisir de vous recevoir pour un atelier confiture ! On paie ses fruits, son bocal et c’est tout !

 

FERBER

 

 

16:37 Écrit par Sergio dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : confitures, ferber, sergio, moschini, mmmmh |  Facebook |

10/08/2009

Oufti, fait soif!!!! vite un 'nam Kang Sai' ou plutôt une granita per favore

Jusqu'à cet été, je n'étais pas trop attiré par ces cylindres de glace pilée multicolores broyés comme dans un robot oscar géant, mais il n'y a que les imbéciles qui n'ont pas d'avis (cdb).

Et bien en fait, cette glace pilée, mélangée à ce qui autrefois devait être du citron et du sucre et qui aujourd'hui est du sirop tesseiro,c'est bon et même très bon. Le seul danger, c'est d'avoir une paille trop large et d'engloutir 50cc de glace en un coup et de se retrouver, les mains sur les oreilles en train de hurler comme un possédé au cerveau instantanément congelé.

Granita mode d'emploi:

Citron, menthe, orange sanguine, fraise ou pastèque? c'est à chacun de choisir son parfum préféré, perso, j'ai une préférence pour le citron et la menthe, les autres goûts me paraissent toujours trop sucrés vu le manque d'acidité.

Petite, moyenne ou grande? grande...on en a jamais assez!

Toujours commander un grand verre d'eau en même temps que la granita. Comme pour le café frappé, d'abord on étanche sa soif et puis on déguste, sinon, ça passe trop vite et on risque la perte de 6 millions de neurones en se cryogénisant le cervelet.

Voila pour aujourd'hui. Demain changement de décor et direction l'alsace et les confitures framboise-violette de Christine Ferber.

Kusjes.

 

GRANITA

 

15:36 Écrit par Sergio dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : granita, sergio, moschini, mmmmh |  Facebook |

07/08/2009

Carnet de voyage: Rimini et la piada

 

 

Départ pour une petite journée à la mer. Ca a l'air simple, mais c'est plus compliqué que de prendre la E40 direction Ostende ou sortie à Alter pour ceux qui croient que Knokke c'est comme St-Tropez mais avec les cuistax en plus. En effet pour aller à Rimini depuis la Toscane, il y a la traversée des Apennins et vu l'état des routes, ça ressemble plus à la traversée de l'Atlas entre Marrakech et Ouarzazate. Bref, après presque trois heures de route de montagne, de superstrada bombardée, d'embouteillages, de déviations, de dépassements de camions hasardeux et d'insultes envers le gps, j'arrive à Rimini à l'heure du déjeuner.

Direction, le 'Bar della piada buona', superbe endroit sur les collines entre Rimini et Saint-Marin pour déguster ce que l'on fait de mieux en pita locale. Pita? en fait, c'est très proche, c'est un pain azyme, cuit sur des plaques de terre cuite ou dans des poêles tefal, c'est selon le degré d'authenticité de l'endroit. Certainement d'origine byzantine, puisque Rimini se trouve non loin de Ravenne, la piada se déguste de manière interactive et j'adore ça.

Piadina

La serveuse apporte un plat de charcuteries diverses, allant du jambon au capocollo, différentes salades, des légumes gratinés et du 'squacquerone', fromage fait à base de petit lait (un peu comme le stracchino, fromage frais, cher à Carlosan et au lard de Collonata). Chacun de fabrique ses piadine selon ses envies du moment, on arrose ça avec un petit vin local et miam, c'est trop bon...

Au bout de la quatrième, je déclare la piada gagnante et direction la plage pour une sieste bien méritée... En fait, les vacances, c'est plutôt pas mal!!!

RiminiPlage

 

14:45 Écrit par Sergio dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : piada, sergio, mmmmh, moshini, rimini |  Facebook |

03/08/2009

Carnet de voyage: La Joconde et l'antipasto

A une dizaine de kilomètres de Laterina, se trouve le ponte Buriano, un pont roman du XIIIe siècle...Jusque là, rien de bien spécial et rien de bien culinaire me direz-vous. Et bien en le voyant des hauteurs du petit village de Monte Sopra Rondine, on se rend compte que ce petit pont n'est pas banal et que des milliards de personnes l'ont déja vu, mais en peinture. Ce pont serait vraisemblablement, celui qui se trouve en arrière plan de la Joconde. Info? intox? A vous de juger, c'est comme pour l'Atlantide au centre de Santorin, on y croit ou on y croit pas, en tout cas, ici, on y croit dûr comme fer.

joconde

Comme à Monte Sopra Rondine, il y a un petit restaurant, j'en ai profité pour manger un petit en-cas servi dans une assiette de grand-mère: Des bruschette de mortadelle, de pecorino et de salame de sanglier, deux rondelles de tomates à peine mûres, trois gouttes d'huile d'olive, deux grains de sel, un verre de vin blanc pétillant...rien de mieux pour croire encore plus à la célébrité du pont.

ANTIPASTO

 

 

20:58 Écrit par Sergio dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : joconde, buriano, mmmmh, sergio, moschini |  Facebook |

02/08/2009

Carnet de voyage: Arezzo et ses glaces

Tout d'abord, un peu de culture, Arezzo se trouve à 70km de Florence, c'est la ville de l'or, de Piero della Francesca et de Pétrarque. Pour ceux qui n'ont pas 'fait' la Toscane, c'est la ville où a été tournée 'La vita e bella' de Roberto Benigni. Peu touristique et en dehors des circuits pour japonais Florence-Pise-Sienne-Outlet Prada, c'est une ville très agréable et artistiquement très intéressante.

A voir absolument: les fresques de Piero della Francesca, la maison de Vasari, la piazza grande, le Duomo et son esplanade et sa foire des antiquaires, les premiers week-end d'août et de septembre.

Pour ce qui est de la cuisine, comme partout en Toscane, à part sur la Piazza del campo, on y mange divinement. Au niveau des glaces, toutes les régions, toutes les villes et tous les glaciers se battent à la médiévale afin de pouvoir prétendre au titre suprème de meilleure glace italienne de l'univers...Là, je crois que c'est simplement une question de goût et que c'est aussi subjectif que d'essayer de dire que les frites de la place Saint-Job sont meilleures que celles de chez Antoine ou de celles de la barrière de Saint-Gilles. A Arezzo, je vais toujours chez un petit glacier qui ne paie pas de mine sur la via del Corso et qui fabrique ses glaces dans son arrière boutique à l'ancienne...Je ne sais pas si ce sont les meilleures de toute la Toscane, mais en attendant, j'en commais une qui est conquise.

 

marieMadeleine

ArezzoPiave

ArezzoParasol

Arezzo

ArezzoDuomo

ArezzoLoggia


GELATO


14:16 Écrit par Sergio dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gelato, glace, arezzo, mmmmh, sergio, moschini |  Facebook |

31/07/2009

Carnet de voyage: Et pourquoi pas des knoedels tant qu'on y est?

La Toscane est une région pleine de bons produits, vins, charcuteries, gibier, patisseries et glaces, des lors, à chaque lecture d'un menu de restaurant ou d'une pizzeria, un choc vous explose la rétine à la vue du mot Würstel.

Rigatoni aux würstel, pizza würstel et frites, panino würstel e mozzarella, bruschetta salame e würstel etc. sont des plats qu'on trouve partout...unbelievable me direz-vous? Et bien, c'est curieux, mais c'est comme ça. Comme me l'a si gentillement expliqué mon mentor cdp, la saucisse viennoise a été assimilée par la cuisine italiennne comme un aliment à part entière. Dans un étal d'épicerie, elle a donc sa place, justeà côté de la mortadelle, de la finocchiona et du jambon San Daniele.

Mais pourquoi? On n'arrête pas de vous casser les oreilles au cours de cuisine en vous disant que la cuisine italienne n'existe pas mais qu'il y en a des centaines. Pour la würstel, sa propagation en Italie vient du fait que dans le Süd-Tyrol et en Altoadige, c'est un plat régional, avec une production propre et doucement, grace à la publicité sur Italia1 et retequattro, toute l'Italie en consomme.

A quand l'AOP et la classification au patrimoine mondial de l'Unesco?

 

http://www.lowengrube.it/cibi/big/1228314750-pizza-wurstel.jpghttp://www.mcee.info/blogs/libero/od/amadori.jpg

 

11:45 Écrit par Sergio dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : wurstel, wurstel, sergio, mmmmh |  Facebook |

14/07/2009

Ce week-end, c'est la passata!

Une fois par an, dans mon petit village en Italie, toute la famille se réunissait pour fabriquer la passata pour l'hiver. C'est donc avec un plaisir énorme, que je vais revivre cette aventure avec vous ce week-end.

La cueillette: 100 kilos de tomates San Marsano à aller cueillir dans le potager. Pour nous, ce week-end, ce sera plus facile, les caisses seront déja prêtes.

Le broyage-pelage: Utiliser mon meilleur ami le robot Oscar-JAzz-max et  transformer les tomates en purée.

La cuisson: Faire cuire la purée de tomate, afin d'obtenir une passata bien dense. Saler, poivrer.

Le nettoyage des bocaux: Laver les bocaux au savon et bien les faire sécher sans les essuyer (Eviter les pluches). Immerger les bocaux, ainsi que les élastiques dans l'eau bouillante pendant une dizaine de minutes.

Le Remplissage: Remplir les bocaux avec la passata et bien nettoyer le haut du bocal. Enfiler l'élastique sur le bocal et fermer. Tirer sur la partie visible de l'élastique afin de bien sceller le bocal.

La stérilisation: Déposer les bocaux fermés dans l'eau froide et porter le tout à ébullition pendant une vingtaine de minutes. Cette opération permet de chasser l'air au dessus des tomates et assure une conservation sans utilisation de conservateurs.

Et voila, c'est prêt!!!

 

Rendez-vous samedi 10h pour se mettre de la tomate jusque dans les cheveux! En plus, c'est gratuit, on ne paie que ses tomates et ses bocaux!

 

Passata 200px

 

06/02/2009

Risotto al radicchio


Voici une petite recette de risotto, faite lors d'un speed cooking, facile à exécuter qui ravira vos papilles en ces froides soirées d'hiver.

risotto au radicchio

 

 

Risotto al radicchio

Ingrédients :

2 radicchios (salades de Trévise)
1 oignon
1,5 L de bouillon de poule
100 g de parmesan
125 g de beurre
400 g de riz carnaroli
10 cl de vin blanc

Préparation :

Faire fondre 25 g de beurre dans un casserole et cuire les feuilles de radicchio (chicorées) finement ciselées. Déglacez avec le vin blanc.Lorsque le vin a réduit de moitié, réserver.

Maintenant, commencer la cuisson du risotto :
Couper l'oignon en fines rondelles.
Faites revenir quelques minutes dans une casserole à bord haut 50 g de beurre et l'oignon coupé en fines rondelles. Ajoutez-y le riz et laissez cuire quelques minutes,en remuant avec une cuiller en bois, jusqu'à ce que le riz soit légèrement transparent.
A partir de ce moment là, verser le bouillon, cuillerée après cuillerée, selon la mesure d'absorption du riz (comme pour le risotto alla milanese), continuer à tourner.

Quelques minutes avant la fin de la cuisson, ajouter la salade radicchio, 50 g de beurre, la moitié du parmesan et mélanger.
Cette opération s'appelle mantecare. (Mantecare ne signifie pas forcément qu'il faille remuer énergiquement, il s'agit d'un verbe qui s'applique à des préparations autres que le risotto aussi; cela exprime l'idée que tous les ingrédients doivent bien finir de s'amalgamer avant de passer à table). Attendre quelques instants que tous les ingrédients soient bien incorporés et servir.

Pour la touche finale, on peut ajouter sur le risotto, une tranche de pancetta que l'on aura fait griller au four sur une feuille de papier sulfurisé.

14:29 Écrit par Sergio dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : risotto, sergio, cooking, speed, mmmmh, moschini, radicchio |  Facebook |

23/01/2009

Lifestyle spécial cuisine

Dimanche 25 janvier à 18 heures, dans l'émission LIFESTYLE, présentée par Agathe Lecaron, le speed cooking sera à l'honneur!

Le speed cooking, wadesmada? c'est un cours de cuisine qui dure une heure entre 12h30 et 13h30. C'est facile, rapide et en même temps c'est un vrai cours Mmmmh!

A programme, une recette et en trente minutes, on passe à table!

La recette du jour:

Mignon de porc en croûte de pancetta, gâteau de légumes

Ingrédients :

500 g de filet de porc
8 tranches de pancetta
huile d'olive
2 courgettes
4 tomates
2 branches de thym
1 gousse d ail
100 g de parmesan
fleur de sel
poivre noir du moulin
10 cl de vin blanc

Préparation :

Découper la viande en 4 filets mignons assez épais. Poser une tranche de pancetta sur chaque face et presser pour qu'elles adhèrent à la viande.

Préchauffer le four à 180°.

Couper la courgette et les tomates en tranches très fines et disposer en couches dans un plat huilé et frotté à l'ail. Saler et poivrer. Effeuiller un peu de thym, saupoudrer de parmesan et terminer avec un filet d'huile d'olive. Enfourner pour 25 minutes.

Chauffer une poêle puis dorer la viande sur chaque face dans un fond d'huile d'olive. Diminuez le feu et laisser cuire encore 5 minutes. Vérifier la cuisson du porc et déglacer éventuellement au vin blanc. Poivrer (ne pas saler la viande, la pancetta est en général assez salée).

25/09/2008

Oh oh oh oh, je t'aime à l'italienne!!!

Sortie aujourd'hui du dernier goût de GAEL sur la cuisine italienne! Au programme, antipasti, primi, secondi et dolci, c'est à dire de quoi faire tout plein de menus verticaux CDC (Comme dit Carlo).

Juste quelque noms de recette pour vous mettre un peu en appétit: 

Poêlées de cèpes et tuile de parmesan, risotto aux poires et au gorgonzola, roulade à la napolitaine et soupe de fruits rouges au vin santo...miam!

Le goût de GAEL, à l'italienne, en vente dans vos librairies au prix modique de 6 €.

gael-000005petit

12:34 Écrit par Sergio dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : sergio, italienne, gael, mmmmh |  Facebook |

11/09/2008

Des artichauts ? c’est bon ça ?

En voyant une bouteille de cynar, une liqueur amère italienne à base d’artichaut, j’ai eu un flash digne de Proust et de ses madeleines. Je me suis souvenu de la première fois ou ma grand-mère alsacienne m’a fait goûter ce légume un peu rébarbatif.

artichauts

 

La recette était simple et délicieuse. On fait cuire les artichauts pendant une heure dans l’eau légèrement salée.

 

On sort l’artichaut de l’eau et on le laisse tiédir pendant une quinzaine de minutes. On détache les feuilles une à une et on les « dip » dans un mélange de crème fraîche et de moutarde. Une fois toutes les feuilles détachées on sépare la base des feuilles, on retire délicatement le foin et on coupe le reste du pied. On peut à présent dipper le cœur de l’artichaut et se finir en beauté.

 

Miam, merci Mamy…

 

 

14:32 Écrit par Sergio dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sergio, alsace, artichauts, mmmmh, moschini |  Facebook |

02/05/2007

Briouat à la kefta

2/5/2007

J'inaugure mon blog répertoriant mes speed cookings. Je posterai les recettes et les photos des plats au fur et à mesure. En attendant, pour vous mettre en appétit, la recette de vendredi, un de mes plats préférés, on va se régaler!!!


"Briouats à la kefta"

 

briouat

 

 

 

 

 

 

 

Ingrédients :

10 feuilles de brick
Persil plat
1 oignon
250 gr haché de bœuf
Sel
Cumin
Paprika
Huile d’olive
4 œufs
Coriandre
Huile végétale
Sucre
* piment en poudre, sucre, cannelle en poudre

 

Préparation : Mélanger 1 oignon râpé, 2 càc de persil plat haché (feuilles uniquement) avec 250 gr de viande de boeuf ou d'agneau hachée; ajouter le sel, 1 càc de cumin en poudre, 1 càc de paprika fort et 1 càc de cannelle en poudre. Mélanger.Faire revenir la viande hachée, à feu doux, dans une cuillère à soupe d'huile en l'écrasant avec la cuillère en bois jusqu'à ce que tout le jus se soit évaporé.Battre les oeufs et les incorporer à la viande. Laisser cuire environ 5 minutes en remuant, jusqu'à ce que les oeufs coagulent. La préparation ne doit pas être trop liquide. Retirer du feu et ajouter 2 càc de feuilles de coriandre hachée. Mélanger à nouveau.Couper 10 feuilles de brick en deux avec des ciseaux; plier ensuite chaque feuille en deux, en rabattant le côté arrondi sur le côté droit; déposer une noix de farce à l'une des extrémités, puis rabattre le coin en biais, sur la farce, de façon à former un triangle; rabattre ensuite le triangle sur lui-même presque jusqu'au bout de la feuille; rentrer le petit bout de la feuille qui dépasse à l'intérieur.Faire frire les briouats par petites quantités à la fois, plus ou moins 3 minutes, jusqu'à ce qu'ils soient dorés; les égoutter sur du papier absorbant; servir chaud avec des feuilles de persil plat et le ravier d'épices* et de sucre mélangés.

15:13 Écrit par Sergio dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : mmmmh |  Facebook |